Crédit auto, des abus dénoncés par UFC Que Choisir.

L’association de défense des consommateurs « UFC-Que choisir » dénonce dans l’enquête réalisée début 2012 auprès de 45 enseignes et de 12 sites Internet les abus constatés sur le credit auto et le crédit consommation en général alors que cela fait un an que la loi Lagarde sur le crédit à la consommation est entrée en vigueur pour encadrer davantage les pratiques des banques et des organismes de crédits.

Pour rappel, la loi Lagarde est censée lutter contre le surendettement des ménages en imposant des procédures de contrôle sur l’analyse financière des dossiers de demande de crédit. Il semblerait selon cette étude que les mauvaises pratiques subsistent en prenant des formes différentes.

Dans les commerces et les grandes surfaces, les informations concernant les offres proposées ne sont pas toujours scrupuleusement expliquées ou indiquées comme cela devrait être le cas et la capacité de remboursement des emprunteurs n’est pas réellement vérifiée comme elle devrait l’être.

Cette étude montre qu’il n’y a pas d’étude sérieuse de la solvabilité des clients dans plus de 80% des cas vérifiés, il faut savoir que cette solvabilité c’est à dire la capacité d’emprunt est l’élément indispensable pour souscrire un crédit sans tomber dans le surendettement. Il faut savoir qu’il n’est pas rare qu’un client en situation de surendettement souscrive plusieurs crédits en dissimulant sa situation réelle au vendeur.

La difficulté pour chacune des parties, vendeur et acheteur, c’est qu’elles sont toutes les deux juges et parties. Le vendeur ou le commerçant veut vendre son produit  il a donc intérêt à ce que le financement soit accepté et l’acheteur donc le client n’a qu’un souhait c’est de pouvoir s’acheter le dernier gadget high tech à la mode ou la voiture de ses rêves qu’il lui tend les bras chaque jour dans les publicités… De plus si le vendeur assure le financement il rend service et fait plaisir à son client qui le recommandera ou reviendra faire d’autres achats.

Dans une période de crise économique ou la croissance est le nerf de la guerre il est compréhensible que tout soit fait pour faire redémarrer l’économie et donc les ventes mais il n’est pas très judicieux que cela se fasse au détriment de la santé financière d’une partie des consommateurs.

C’est donc de la responsabilité de chacun dont il s’agit, un crédit consommation n’est pas un poison en lui même, au contraire bien géré il rend service à tous, acheteurs et vendeurs. Ce qu’il ne faut pas faire c’est en abuser, d’ailleurs l’actualité économique en est plein d’exemples, car l’abus de crédits conduit droit au surendettement et le surendettement vous fait entrer dans la spirale infernale du désendettement et là plus question de se faire plaisir avec le dernier gadget à la mode….

Autre point soulevé par UFC que choisir, le « crédit renouvelable » autrefois appelé « réserve d’argent » ou « credit revolving », la loi Lagarde était sensée réduire son utilisation ou plutôt ses abus car il n’était pas rare qu’il deviennent un crédit permanent à vie car toujours renouvelé et jamais remboursé.

Là aussi c’est l’abus qui doit être pointé du doigt et mais pas le « crédit renouvelable » en soit car il correspond bien à un besoin auquel les banques et les organismes de financement se doivent de répondre. C’est une ligne de crédit ouverte pour une durée limitée et que vous pouvez utiliser quand bon vous semble mais pour une courte période, elle doit être remboursée rapidement sans quoi elle peut coûter extrêmement cher puisque les taux pratiqués sont souvent proches du taux d’usure (le taux maximal applicable). Par exemple votre machine à laver tombe en panne, vous ne souhaitez pas utiliser votre épargne ou ce n’est pas prévu à votre budget, pour pouvez souscrire un crédit renouvelable et rembourser en quelques mois votre achat. Votre budget restera équilibré et vous aurez pu changer votre appareil ménager.

Le crédit renouvelable est souvent être rattaché à une carte bancaire pour des raisons de facilité d’utilisation, vous réglez avec cette carte et votre crédit s’enclenche, vous n’avez rien d’autre à faire, c’est peut-être là le piège.

Suite à cette enquête et face à cette situation, l’association UFC que choisir a demandé à la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes) de renforcer les contrôles et de prendre des sanctions pour que la loi concernant les crédits consommation soit respectée notamment sur les lieux de vente.

Plusieurs organismes ont été pointés du doigt  tel que Cetelem, Sofinco

Crédit auto à taux zero

C’est nouveau c’est Sofinco qui lance une campagne en faveur des « autos écolos » le crédit auto à taux zéro sur une partie du prêt auto lorsque vous achetez une voiture qui ne pollue pas du tout, soit un véhicule 100% électrique. Ce prêt est offert à partir d’un certain montant 9000 et jusqu’à 11999 € et cela qu’entre le 13 et 24 ème mois. C’est une première, nous connaissions ce type de prêt dans l’immobilier et maintenant c’est un courant nouveau dans l’automobile qui voit le volume d’achat baisser en pleine crise, cela sera t’il suffisant pour booster les ventes des voitures électriques dont on ne connait pas encore la fiabilité dans le temps…Ce crédit auto taux zéro va t’il remporter le succès escompté durant cette campagne publicitaire.

Automobile secteur en mutation

Entre progrès, politique et économie, le secteur de l’automobile s’avère être en pleine mutation. Pour relancer un secteur qui stagne ou délocalise, qui subit de plein fouet chaque crise de l’industrie pétrolière. Cette industrie est en permanence en mutation, par exemple en ce mois de novembre l’Europe a décidé d’harmoniser les taxes sur les carburants et elle fait la chasse au polluant…Ce qui risque de se traduire par une augmentation du diesel, carburant jugé plus polluant que le super sans plomb mais jusqu’à présent moins taxé, d’autres taxes viendront s’ajouter dans le temps tel que la future norme euro6 qui devrait être applicable en 2014 et qui va être pénalisante pour le diesel…En parallèle, les voitures électriques arrivent doucement mais surement, quand on voit que les voitures électriques Bolloré, prennent place dans la ville de Paris, cela promet des mutations importantes de ce secteur qui après l’effet prime à la casse commençait à s’essouffler.